La tactique des mini-raises en jouant au poker

Qui n’a jamais subi de coups inhabituels, surprenants et déstabilisants de la part d’un adversaire ?
Les mooves insolites, comme le « mini-raise« ou les overbets ne font pas parti de l’arsenal traditionnel du joueur de poker car ils sont généralement contraire à la logique mathématique du jeu.
Néanmoins, ces coups existent et ont un sens qu’il faut savoir interpréter pour les utiliser au mieux afin de pouvoir le contrer.

Historiquement, la mini-relance (small-raise) a été inventé par les joueurs scandinaves qui l’utilisaient aussi bien en cash game qu’en tournois mais dans une situation bien spécifique.

La situation historique du miniraise est la suivante:
Nous sommes en défense hors de position face à l’agresseur pré-flop, c’est-à-dire dans une configuration classique de défense des blindes ou d’une relance qui à été a son tour surelancée.
La texture du flop est très fermée, par exemple: 7s-7d-3h.
Le défenseur check, l’agresseur effectue un continuation de mise au pot (bet) standard et prévisible. C’est alors que le défenseur(vous) devient attaquant en effectuant une mini-raise (une relance minimale, égale au montant de l’attaque).
Dans cette situation, le relanceur préflop est dans une situation plus que désagréable, dès lors qu’il n’a pas le brelan 7 ou full aux 3, il a au mieux 2 outs dans le cas où son adversaire détiens véritablement un 7.
Dans cette configuration, la force du mini-raise est de placer son adversaire face à une décision implicitement difficile sans néanmoins engager tous ses jetons.
Est-ce qu’il doit s’engager et suivre pour miser tous ses jetons d’un coup où est-il déjà en « drawing death »(on tire pour rien, on est sur de perdre)? antony_lellouche

Le mini-raise disons que c’est plutôt une arme de bluff.
Mais les opportunités d’une utilisation efficace sont rares et ce jeu sera difficile à tenir sur la durée du tournoi ou d’une partie de cash game.
Comme pour la plupart des « mooves étranges », le plus simple est encore de ne l’utiliser que du côté mathématiquement avantageux, c’est-à-dire, qu’en bluff.
Les conditions pour qu’un miniraise en bluff soient réussies sont:
– un board très fermé(pas de tirage quinte ou couleur)
– une grande profondeur de tapis de départ
– un adversaire solide qui ne va pas souvent à l’abattage
Et surtout, l’image qu’il s’est faite de vous… S’il pense que vous êtes un joueur serré ou pas! Autant dire qu’il serait mieux qu’il ait une image de vous comme un joueur serré…

Lorsque nous sommes confrontés à un miniraise, deux éléments fondamentaux entrent dans notre prise de décision: l’agressivité de l’adversaire et la force de notre main.
Reprenons la situation de référence et imaginons qu’avec une paire de Valets nous décidions de rentrer dans le coup avec un joueur passif.
Nous effectuons une continuation bet puis il nous miniraise! Compte tenu du caractère passif de notre adversaire, il est évident qu’il ne ferait pas ce move avec 2 overcards.
Il détient surement le petit full ou tout simplement une paire de Rois ou d’As.
En revanche, dans la même configuration, mais contre un adversaire plus agressif, vous êtes plutôt bien avec votre paire de Valet par exemple.
Vous avez donc le choix entre suivre pour retarder votre décision en attendant des informations complémentaires, faire une mini-surelance ou une relance standard..…les facteurs a prendre en compte ici sont clairement l’agressivité du joueur et l’image qu’il a de vous.
Si sur des coups précédents vous avez folder , même sans avoir pu voir ses cartes, votre avis est que ce joueur avait été très agressif, faites un call mourant pour l’inciter à bluffer.
Et si par malheur au show down vous tombez sur 7h 9d.
Dites-vous bien  » that’s Poker »! frown

La finalité de ce petit sujet vous avez pu noter que la principale difficulté est de déterminer si vous devez aller à l’abattage. Cette analyse prendra notamment en compte l’image que votre adversaire a de vous. Le mini-raise est l’un des coups qui fait comprendre à quel point le Texas Holdem No Limit est un jeu difficile, mais qui se joue avant tout à l’instinct. Nous devons pratiquement impliquer notre tapis alors que nous ne disposons, presque, d’aucunes informations!

Partagez l'info

Share on Google+Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *